Pensée du Jour du 11 septembre

« Connais-toi toi-même : maxime aussi pernicieuse que laide… Quiconque s’observe arrête son développement. La chenille qui se connaîtrait elle-même ne deviendrait jamais papillon. »

ANDRE GIDE, Nourritures terrestres


One response to this post.

  1. l’invitation à la connaissance de soi serait elle vraiment un obstacle au développement de soi ainsi que nous le fait savoir cet auteur? Avant tout propos, il convient de nous accorder sur le sens que nous pouvons départir à l’expression connaîs toi toi même. sans aucune hâblerie; Socrate serait le père de cette invitation. par cette invitation, la philosophie devait avoir pour centre d’intérêt l’homme. si au fil du temps cette expression s’est transmuée en une quête de soi notamment avec Descartes jusqu’à Husserl… si nous appréhendons la connaissance de soi comme une possession de soi et donc comme une satisfaction de soi, alors cette invitation serait l’organum (l’instrument) d’un sous développement. car celui qui est satisfait n’est pas loin de la décomposition. par contre si nous appréhendons la connaissance de soi comme une invitation à un retour en terre natale, alors nous cesserons de vivre à la périphérie de notre être-vie dès lors la connaissance de soi deviendra une compréhension de soi. c’est-àdire, une aventure vers soi. et comme toute aventure est risquée, alors la compréhension de soi consistera en une volonté d’assumer le risque d’être un pélérin en quête de son être vie.

    Répondre

Laisser un commentaire