Pensée du 09 février 20

« Penser Hegel comme pur penseur de l’Afrique peut paraître absurde, et philosophiquement subversif et provocateur, si l’on s’en tient à son rejet violent par les africanistes noirs, en raison des thèses du penseur de la Raison absolue, jugées comme la pire forme de racisme. Pour certains, les thèses de Hegel sur l’Afrique ne sont pas seulement des crimes contre une race mais contre l’humanité tout court, car vouloir nier la possibilité d’être d’un peuple, c’est nier son humanité. Ce qui semble ne pas être faux, dans la mesure où Hegel, en des passages explicites, tente de le penser, quand il écrit au sujet du nègre : « Comme il a déjà été dit, le nègre représente l’homme naturel dans toute sa sauvagerie et sa pétulance ; il faut faire abstraction de tout respect et toute moralité, de ce que l’on nomme sentiment, si on veut bien le comprendre ; on ne peut rien trouver dans ce caractère qui rappelle l’homme (…) Cette condition n’est susceptible d’aucune évolution et d’aucune culture, et tels que nous les voyons aujourd’hui, tels ils furent toujours ». »

Jean Gobert Tanoh, Hegel le pur penseur de l’Afrique. Essai sur le devenir de l’être africain, Paris, Edilivre, 2014.

________________________________________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire