Pensée du 04 février 20

« Au sein du paradigme de la reconnaissance en revanche, les victimes de l’injustice tiennent plus du groupe statutaire wébérien que de la classe sociale marxiste. Elles sont définies non pas en termes de rapports de production, mais en fonction de l’estime, de l’honneur et du prestige moindres dont elles jouissent par rapport à d’autres groupes sociaux. Le cas classique est celui du groupe ethnique de statut inférieur, que les modèles dominants marquent comme différent et de moindre valeur. Mais les exemples ne s’arrêtent pas là. Dans la constellation actuelle, cette conception a été étendue aux homosexuel(le)s stigmatisé(e)s par les pratiques institutionnelles dominantes, à tous les groupes racialisés, et bien sûr aux femmes, rabaissées, transformées en objets sexuels et souffrant du manque de respect sous de multiples formes. On pourrait encore ajouter les groupements définis de manière complexe, qui apparaissent lorsque l’on théorise les relations de reconnaissance simultanément en termes de race, de genre et de sexualité, comme autant de codes culturels qui se chevauchent partiellement. »

Nancy Fraser, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution

__________________________________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire