Pensée du 11 février 20

« Hegel, le pur penseur de l’Afrique est une invite au recueillement méditant de l’une des pensées les plus conservatrices de l’intuition inaugurale de la philosophie : rendre intelligibles les choses dans leur intelligibilité, seule condition d’un accomplissement substantiel de l’homme. Hegel, pur penseur de l’Afrique, parce qu’il est pur penseur de la philosophie, si bien qu’au cœur des thèses jugées négatives et racistes sur l’Afrique, s’élève quelque chose d’extrêmement profond et humain, que seul un regard serein sur soi permet de voir ; et pour cette raison, il a bien raison quand il pense que la condition essentielle pour tout philosopher est celle d’un troisième œil. L’œil de trop n’est pas seulement l’œil du dépassement, mais celui de la sérénité, dans la mesure où ne peut être capable de dépassement que celui qui est serein. Sérénité avec soi et sérénité avec les autres pour que penser soit possible sur cette terre d’Afrique, dont l’ardeur à l’aimer s’exprime parfois de manière absurde et destructrice. »

Jean Gobert Tanoh, Hegel le pur penseur de l’Afrique. Essai sur le devenir de l’être africain, Paris, Edilivre, 2014.

_________________________________________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire